Optimisation avec largeur 1024
concorde simu
vide
accueil
Art
DVD
plan
aéromodélime
Simu
Tenues aéronautiques
Montres
Maquettes Concorde
Identifications Pièces
Instruments Concorde
Portraits Aéronautiques
Actualité Aviation & Concorde
Ventes
Vols de François

Page N°50 : Tenue de pilote ou navigateur SR-71(identique pour l'avion U-2) (années 70)

 

Ci-dessous un A-12, avion militaire de la même lignée que les SR-71.

 

Merci à Stéphane pour sa sympathique contribution.

 

Pilote de SR71

 

Pilote de SR71

 

Cette tenue complète est LA protection du pilote en cas d'éjection à haute altitude.

L'avion SR-71 Blackbird était capable de voler à Mach 3.5 et à plus de 28.000 mètres d'altitude.

Sans cette tenue pressurisée le temps de survie pour l'équipage (composé de 2 personnes) serait de l'ordre de quelques secondes.

En effet à haute altitude et avec la pression atmosphérique extérieure très faible, le sang passerait immédiatement en ébullition.

 

Pilote de SR71

 

Gants étanches et épais, malgré tout assez ergonomiques pour la manipulations des commandes, interrupteurs ou autres objets.

 

Pilote de SR71

 

Pilote de SR71

 

Une fois équipé de sa tenue et la visière fermée le pilote ou navigateur n'avaient d'autre choix au sol que de respirer via ce caisson à air, ou raccordé ensuite à l'avion, une fois dedans.

La combinaison entièrement pressurisée est également régulée en température.

 

Les cordons jaunes en partance du casque servent à l'interphone et au système de désembuage du casque.

 

Pilote de SR71

 

 

Les missions haute altitude étant souvent très longues, les équipage portaient des couches et pouvaient boire ou manger à l'aide de tubes se raccordant sur le casque.

 

Pilote de SR71

 

Le casque comporte 2 visières, est retenu très fermement par une sangle au niveau de la jugulaire.

Le degré de mobilité en rotation est extrêmement faible et rendu quasi nul en inclinaison.

 

Pilote de SR71

 

Dédicace de Brian Shul, pilote de SR71

 

Pilote de SR71

 

Traduction approximative, texte original juste en dessous:

 

Je me rappellerai toujours un certain échange radio qui s'est produit le jour où Walt et moi étions au travers de la Californie du Sud à 21.000 mètres d’altitude.
Nous surveillions diverses transmissions radio d'autres avions en même temps que nous pénétrions dans l’espace aérien de Los Angeles.
Bien que nous n’étions pas vraiment sous leur contrôle, ils pouvaient par contre suivre notre déplacement via leur radar.
J'ai entendu un Cessna demander une lecture de sa vitesse sol.
« 167 Km/h », lui répondit le Centre de Contrôle.
Quelques instants plus tard un Twin Beech demanda la même chose.
« 222 Km/h », lui répondit le Centre de Contrôle.
Nous n'étions pas les seuls fiers de notre vitesse ce jour, car presque immédiatement un F-18 d'un air suffisant demanda, «Euh, Centre, Dusty 52, pour une lecture de vitesse vol. »
Il y eu une légère pause. « 972 Km/h de vitesse sol, Dusty 52. »
Une autre pause silencieuse.
Alors que je pensais en moi-même oh combien était cocasse pareille situation, j'entendis le clic familier de l’interphone radio venant de mon équipier arrière.
C’est à ce moment précis que j’ai réalisé que Walt et moi étions devenu un vrai équipage, parce que nous étions bien deux à penser ensembles et à l'unisson.
« Centre, Aspen 20, auriez-vous une lecture de vitesse sol pour nous ? »
Il y eu une pause un peu plus longue que la normale.
« Aspen 20,  je lis 3226 Km/h. »
Plus aucune autre requête ne fut entendue sur cette fréquence...

 

 

 

 

I’ll always remember a certain radio exchange that occurred on day as Walt and I were screaming across southern California 13 miles high.
We were monitoring various radio transmissions from other aircrafts as we entered Los Angeles Center’s airspace.
Though they didn’t really control us, they did monitoring our movement across their scope.
I heard a Cessna ask for a readout of its groundspeed. “90 knots”, Center replied.
Moments later a Twin Beech required the same. “120 knots”, Center answered.
We weren’t the only one proud of our speed that day as almost instantly an F-18 smugly transmitted, “Ah, Center, Dusty 52 requests groundspeed readout.” There was a slight pause.”525 knots on the ground, Dusty.”Another silent pause. As i was thinking to myself how ripe a situation this was, I heard the familiar click of a radio transmission coming from my back-seater.
It was at that precise moment I realisez Walt and I had become a real crew, for we were both thinking in unision.”center, Aspen 20, you got a ground speed readout for us ?” There was a longer than normal pause.”Aspen, I show 1742 knots.”
No further inquiries were heard on that frequency.

 

Brian Shul :  “Sled Driver Flying the World’s Fastest Jet”

 

16/10/2017

 

compteur gratuit Visites depuis 2011 / © FrançoisS / Dernières modification 16/04/2024